Projet ONGD-FNEL 014 / 2015-2018

Objectifs du projet :

  • fournir des bourses d’études pour les enfants/jeunes réintégrés dans les communautés,
  • améliorer l’environnement scolaire (infrastructures, matériels, appui à l’enseignement),
  • renforcer les capacités locales (formation des communautés et activité génératrice de revenu)

Bénéficiaires :

  • 400 enfants/jeunes réintégrés dans leurs familles et qui bénéficient d’une bourse d’étude (100 x 4 ans)
  • 7 communautés villageoises (2.000 personnes) formées aux droits des enfants et contre le trafic des enfants
  • 45 familles formées à l’agriculture et qui entreprennent une activité génératrice de revenu
  • 6 écoles (2.500 élèves) rénovées et/ou équipées
  • 30 étudiants népalais chaque année qui viendront appuyer les enseignants des 6 écoles bénéficiaires du projet.

La réintégration des enfants/jeunes dans leur famille couvre 23 des 75 districts du Népal. Cependant, les autres activités du projet se concentrent sur des districts pauvres et peu développés, qui, en raison de leur proximité avec Katmandou, comptent un nombre plus élevé d’enfants migrants et/ou trafiqués.

Partenaire local :

Le partenaire local est l’ONG « Umbrella Organization Nepal (UON) », créée en 2005 et qui a pour but de venir en aide aux enfants pauvres, victimes de la guerre et des trafics, à travers l’éducation, la réintégration et le renforcement des communautés rurales.

Site Web : http://umbrellanepal.org

Budget: 118 520€ sur 4 ans (2015/2018)

Perspectives de durabilité de l’action :

Le partenaire local est reconnu par le gouvernement népalais et travaille en collaboration avec les Directions du Développement, des Affaires sociales et de l’Education. Les activités de UON sont basées sur la responsabilisation des bénéficiaires et leur appropriation directe du projet sur le long terme.

En alliant la réinsertion des enfants rescapés avec des mesures préventives pour sensibiliser les communautés et en améliorant les conditions de vie et la qualité de l’éducation en milieu rural, le projet limite les risques de migration, d’exploitation et de (re)trafic des enfants. Agir à la source, au niveau local, permet de réduire le risque de trafic mais facilite aussi le retour des enfants et leur réinsertion dans la communauté.