Le tremblement de terre du 25 avril 2015 de magnitude 7,8 et les répliques qui ont suivi ont bouleversé la nation népalaise, faisant 8 000 morts et des milliers de blessés et de sans-abris.

Sur 850 000 maisons détruites, environ 150 000 ont été reconstruites et 450 000 autres sont en cours de reconstruction. Selon le ministère de l'Éducation, 32 145 salles de classe ont été détruites et 15 352 ont été endommagées, touchant directement plus d'un million d'élèves. Actuellement on estime que la reconstruction est en cours pour 68% des installations. Alors que ces chiffres montrent l'ampleur des dégâts et la lenteur de la reconstruction, nous devons nous rappeler qu’ils renvoient surtout à des personnes qui vivent encore dans des abris provisoires, qui attendent leurs écoles et des centres de santé pour reconstruire leurs vies.

Au-delà des dégâts physiques observables, la catastrophe a causé de nombreux traumatismes psychologiques. Avant les tremblements de terre, le fait de faire appel à un conseiller ou un psychiatre était très stigmatisé au Népal. Fort heureusement, en raison de la grande demande et de la disponibilité accrue de services de santé mentale, cette stigmatisation a commencé à diminuer et la santé mentale est mieux comprise et acceptée dans la société.

La précarité dans certaines zones fortement touchées a également augmenté les risques de travail forcé des enfants et de trafic de jeunes garçons et filles. Il était donc nécessaire d'accroître et de renforcer les services sociaux pour prévenir et répondre aux problèmes de protection des enfants et des jeunes. L'éducation notamment, est l'une des clés les plus solides pour apporter la normalité dans la communauté et sensibiliser à toute forme de risques.

Depuis 2015, le Népal a promulgué une Constitution qui a été suivie par trois tours d’élections en 2017 : locales, provinciales et parlementaires. La victoire sans précédent du Parti communiste du Népal a donné de l'espoir pour assurer une stabilité dans le pays et faciliter la mobilisation efficace des ressources pour la reconstruction.

L’ONGD-FNEL scouts & guides travaille depuis bientôt 30 ans au Népal au travers de partenaires locaux, principalement dans le secteur de l’éducation. Suite aux tremblements de terre, ceux-ci ont déployé de nombreux services et projets d’urgence pour aider les communautés locales à se reconstruire et prévenir les risques sociaux qui sont souvent la conséquence de ce type de catastrophe, que ce soit via la reconstruction d’écoles, des programmes d’appui psychologique, des campagnes de sensibilisation ou une assistance matérielle.

Retrouvez les témoignages (en anglais) de nos partenaires en suivant ces liens : Right4Children, Setu Nepal, Shikharapur CLC et Umbrella Nepal